Voir Louis Cros, LExplosion scolaire, Paris, cuip, 1961.
5 drac : Direction régionale des affaires culturelles.En termes de population, les nouvelles régions françaises comptent en moyenne 4,8 millions dhabitants contre 2,9 millions dans lancien découpage.Certaines villes cumuleront sans doute leur statut de Métropole avec celui de capitale régionale, mais il ny a là aucun caractère dobligation.Les places offertes en Lettres Sciences Humaines étaient de : 37 en «Lettres Arts 35 en «Langue vivante 38 en «Sciences Humaines» (Histoire, Géographie, Philosophie 5 en «Sciences Économiques coupon reduction kiosquemag Sociales» (Économie, Sociologie).La section littéraire, renommée dans les années 1980 ENS de Fontenay-Saint-Cloud, déménage, elle, en 2000.
Richesse et densité des régions : écarts à la moyenne européenne.
Elle oblige à revoir le contenu des enseignements de géographie au collège et au lycée car les régions quil conviendra denseigner en classe de troisième et de première sont celles issues du redécoupage de 2014.
Jusquà maintenant, les régions disposaient de moyens modestes par rapport aux autres collectivités territoriales : avec 28 milliards deuros cumulés en 2013, elles ne représentent que 12,3 du budget total des collectivités locales, contre 31 pour les départements et 56,7 pour les communes et les.
Une première tranche a été inaugurée par Jacques Chirac en 1986, et lÉcole est entrée en fonctions en 1987.
111 Jean-Noël Luc (dir.
Le monopole de l'élite intellectuelle à Paris, qui existait avant-guerre pour l' ENS Ulm étant caduc, les ENS se voient en compétition, ce alors que les Ulmiens sont mieux représentés dans les instances politiques, Saint-Cloud ne formant encore que peu de hauts fonctionnaires.Saint-Cloud, en quête d'identité, suit alors de plus en plus le modèle de l' ENS Ulm.En sciences, il est également possible d'intégrer l' ENS Lyon pour les étudiants issus des filières universitaires via le « second concours ».La fusion des régions ne donnera pas forcément plus de marges de manœuvre aux nouvelles collectivités, leurs charges de fonctionnement augmentant avec la superficie et la population à couvrir.Vue du jardin du campus Descartes (Lettres et Sciences Humaines) avec, en arrière-plan, la Bibliothèque Diderot.



Le but affiché par cette refonte de la carte régionale est triple.
Le campus, au départ « ENS LSH » (jusqu'à la refusion avec l' ENS «sciences» en 2010 est entré en fonctions en 2000.